FRANCOIS (André)

Larmes de crocodile. Texte et dessins d’André François.

(Paris), Robert Delpire éditeur, (1956).

In-12 oblong, cartonnage d’édition illustré en couleurs, dos de toile jaune, étui cartonné d’édition à fenêtre portant deux étiquettes « Attention crocodile fragile » et « Crocodile. A préserver du froid ». (40) pp., couverture et 20 compositions en couleurs d’André François, avec texte en regard. Complet.

Première édition, recherchée, de ce grand classique du livre pour enfants.

« Les Larmes de crocodile ont certainement marqué un tournant dans la conception graphique des ouvrages destinés aux enfants. Qu’est-ce que les larmes de crocodiles ? On pourrait croire qu’un enfant pleure à chaudes larmes. Mais c’est à une formidable aventure que nous convie André François, entre non-sens et surréalisme. Le dessin épuré et frais, le texte économe harmonieusement réparti sur la page inaugurent une nouvelle manière de penser l’album d’images : ni mièvre, ni éducatif, mais drôle et complice, il est le lieu d’un jeu en liberté de l’artiste avec son propre esprit d’enfance » (Delpire).

Né dans une partie de la Hongrie qui fait aujourd’hui partie de la Roumanie, le peintre, dessinateur, graphiste et sculpteur André François (né Farkas, 1915-2005) émigre à Paris en 1934 après des études aux Beaux-Arts de Budapest. Il fréquente l’atelier de Cassandre et se forge un nom dans les arts graphiques. Son regard est celui d’un humoriste parfois amusé, souvent féroce. Le surréalisme du banal quotidien le fascine. Par sa centaine d’affiches publicitaires, par ses couvertures de magazines en Grande-Bretagne, aux USA, en Suisse et en France (Punch, New Yorker, Nouvel Observateur, etc.), il devient l’un des maitres reconnus par la nouvelle génération d’affichistes et d’illustrateurs. Dans l’édition pour la jeunesse, il a été le complice de Jacques Prévert, Jean l’Anselme, Queneau, Vian. « Tout seul, il a dans les années 50/60 offert aux enfants des objets livres dont on remarquait aussitôt l’authenticité et dont le contenu permettait une lecture jubilatoire. Comme si, sous un regard critique de caricaturiste, la tendresse avait toujours sa place » (Ricochet).

Bel exemplaire.

Prix : 400,00 euros